Injections anti-inflammatoires

Un corticostéroïde (cortisone ou tout autre type de drogue anti-inflammatoire) est injecté. Un corticostéroïde dont l'action se prolonge sur plusieurs semaines, tel que le Depo-medrol, peut être utilisé. Un anesthésique local est injecté en même temps pour réduire la douleur et pour permettre de rentrer chez vous et de vous allonger. Dans l'essai rapporté dans " Coccygodynie. étiologie et traitement ", les auteurs disent qu'ils injectent dans les tissus péricoccygiens mais pas à l'intérieur de l'articulation entre le sacrum et le coccyx. D'un autre côté, le Docteur Maigne, auteur de " Stratégie thérapeutique pour la cocygodynie " dit : " Pour moi, le premier traitement est une injection anti-inflammatoire (stéroïde) dans le disque concerné, tel qu'il est mis en évidence par les films dynamiques. Ceci ne peut être fait que sous radioscopie. Le résultat survient en moins d'une semaine et provoque un soulagement de 2 à 4 mois dans 60 à 70 % des cas et une guérison complète à un an dans 30 %. Malgré le risque théorique d'infection locale, plus de 500 injections ont été faites en 8 ans sans problème. Dans 10 % des cas, il y a une douleur post-injection assez marquée pendant quelques jours ".

Tout d'abord, le corticostéroïde agit en tant qu'agent irritant et vous avez des chances de vous sentir pire pendant quelques jours avant de voir l'amélioration survenir. Le soulagement de la coccygodynie n'est pas immédiat, mais peut survenir quelques jours ou quelques semaines après. Dans la plupart des cas, l'effet est permanent. Il y a deux versions de ce traitement, le traitement de base (décrit ci-dessus) et une version plus complète. Dans la version plus complète, après que le médecin ait injecté le corticostéroïde et l'anesthésique, il ou elle mobilise le coccyx pendant environ une minute. Ce traitement est fait sous une anesthésie générale légère pour empêcher de ressentir la douleur et permettre au médecin de faire un travail plus complet.

Où bénéficier de ce traitement :

Le traitement de base est très répandu, de telle sorte que n'importe quel hôpital général ou orthopédique (en France : n'importe quel rhumatologue ou médecin de médecine physique) devrait avoir une personne capable de le mener.

Preuves cliniques: voir Coccygodynie. Etiologie et traitement. Ceci le compte rendu d'une étude médicale menée au Royaume-Uni, qui a mis en évidence un taux de succès de 60 % avec le traitement de base et de 85 % avec la version plus complète. L'article Stratégie thérapeutique pour les coccygodynies rapporte un taux de succès de 46 % avec le traitement de base.